Croquis18c

ANALYSE : "Croquis 18c"

Après l’interruption du croquis précédent, ce dessin semble poursuivre le fil perdu des traversées et transpercements de la page 17. Nous allons pourtant voir qu’il n’en est rien, puisqu’il reprend le conflit des contacts du Croquis 18a. Tandis qu’une bande fictive s’éloigne vers la gauche, les volumes qui la soutiennent fuient vers la droite.

Deux solutions s’offrent alors à nous pour surmonter cette apparente impossibilité. Nous pouvons tout d’abord supposer que cette bande n’est pas liée aux blocs qui la supportent. Ainsi, la bande fichée dans le bloc de gauche se situerait en avant du bloc droit. Cette première solution remet donc en cause le contact entre éléments. La deuxième solution refuse, quant à elle, le contact au sol. Pour cela nous devons supposer que le petit bloc est suspendu dans les airs par la bande blanche à laquelle il est attaché et qui est, elle-même, fixée au grand bloc. À suivre cette idée, et comme nous l’avons vu avec le croquis précédent, l’alignement de la base des blocs relève d’une coïncidence visuelle.

Nous avons donc deux solutions qui, en permettant de rompre la fermeture nécessaire à la mise en place de relations spatiales incohérentes, autorisent le passage de l’impossible à l’ambigu. Au total, au moins trois lectures de cette figure sont permises : l’une impossible et deux équivoques.

RETOUR AU CARNET