Croquis1c

ANALYSE : "Croquis 1c"

Avec cette image, nous entrons sur la pointe des pieds dans le monde des figures fictives. En effet, les deux cubes et les deux morceaux de poutre n’ont rien de fictif : nous comprenons leurs contours comme des limites réelles, tout comme nous percevons leurs aplats comme des surfaces solides et pleines. Pourtant, alors que nous pourrions voir les deux poutres comme des surfaces peintes à la surface des cubes, ou des tronçons collés sur leurs pans verticaux, nous préférons visualiser leur continuité en comblant par notre imagination le vide qui les sépare. C’est dans ce vide enjambé, où notre imagination se mâtine d’hallucination, que se situe la partie fictive de ce croquis. En vérité, du fait de la juxtaposition d’éléments réels et imaginaires, la poutre centrale serait plutôt à considérer comme une figure semi-fictive : une figure au tracé en partie matérialisé à la surface de la feuille et en partie halluciné par notre système perceptif.

RETOUR AU CARNET