Croquis22b

ANALYSE : "Croquis 22b"

Je sais que cela va en surprendre plus d’un, mais la beauté pour moi c’est çà : la beauté prend parfois l’apparence de ce croquis. Cette beauté est la beauté non d’une forme, non d’une couleur, mais d’une relation plastique, qui, plutôt que de se laisser enfermer dans le dessin, me submerge pour me faire souvenir d’autres relations, humaines celles-ci, que j’ai pu vivre, connaître ou simplement fantasmer.

Alors que les précédents transpercements montraient une bande fictive traversant des surfaces et des volumes, c’est maintenant un volume allongé qui traverse une surface fictive. La forme fictive n’en poursuit pas moins son travail de sape de la représentation spatiale : le trapèze fictif suffit, par sa simple présence virtuelle, à modifier les rapports spatiaux. En dépit de l’alignement de son sommet avec ceux des parallélipèdes voisins, la colonne s’avance maintenant vers nous. Il fallait qu’elle déchire cet écran pour se libérer de l’emprise spatiale des blocs qui, en l’entourant, l’enfermaient dans le rectangle de leurs contours.

RETOUR AU CARNET