Croquis2a

ANALYSE : "Croquis 2a"

Avec ce premier Cadre, nous tenons enfin la première figure véritablement fictive d’un carnet, qui hésitait jusqu’alors à entrer dans le vif du sujet. Au contraire des croquis précédents, le cadre qui semble enjamber deux poutres obliques n’a cette fois plus aucune réalité matérielle. Certains, dotés d’une malveillance certaine, pourraient rétorquer qu’au moins quatre morceaux de ce cadre sont pourtant bien visibles. Mais, bien qu’elles tranchent les blocs de manière évidente, ces verticales et ces horizontales ne font pas partie d’un hypothétique cadre, qui se contentent de représenter les contours de chevrons sciés. Il serait encore une fois possible de découper et de disposer des poutres tronquées sur une surface plane, de telle manière qu’elles prennent, d’un point de vue particulier, l’apparence de deux poutres complètes en partie masquées par un cadre flottant en leur avant.

L’intention, qui a conduit à la réalisation de ce croquis, n’était pas d’ajouter une figure supplémentaire à la longue liste des fictives, mais de ne pas obéir à la construction habituelle de ces images. Pour être pleinement efficace, le cadre illusoire n’aurait pas dû recouvrir les poutres de ses cotés mais de ses angles, éléments, qui, étant beaucoup plus caractéristiques de sa forme, devraient faciliter sa reconstruction imaginaire (nous retrouvons la même problématique avec le logotype Carrefour étudié dans l'article intitulé : “Le cas Carrefour”). Malgré ce manque, nous arrivons à visualiser dans le désert blanc de la feuille quatre angles droits, sans autre aide que la disposition régulière et logique de quatre morceaux de bande qui sont pourtant, eux aussi, laissés au bon vouloir de notre imagination visuelle.

RETOUR AU CARNET