Croquis4b

ANALYSE : "Croquis 4b"

Tout en reprenant la problématique plastique de la figure précédente, ce croquis ajoute une dimension symbolique voulue à l’image dessinée. La prolifération des volumes et les relations spatiales qu’ils entretiennent avec la forme fictive n’est pas due au hasard, qui exprime une idée, décrit un état, supporte un récit. Nous avons le sentiment que les volumes dessinés viennent buter contre la forme fictive centrale sans pourtant l’atteindre, du fait de son immatérialité. Cette manière là n’est pas sans rappeler les saint Sébastien de la peinture classique, que les flèches transperçaient sans que leur pouvoir réel de nuisance n’inflige d’autre dommage que l’adjonction d’un sourire béat au visage extatique du benêt ravi.

N.B. Ce croquis reprend en fait pour l’essentiel le schéma et l’idée d’un dessin d’une période antérieure (noté comme étant déjà un Saint Sébastien), qui, en lieu et place des figures fictives, utilisait le contact ambigu des formes. Grâce aux coïncidences incertaines de ses contours avec les blocs environnants, le bloc central, qui était alors dessiné, induisait une ambiguïté des relations spatiales.

Sebastien


RETOUR AU CARNET