Croquis5a

ANALYSE : "Croquis 5a "

Ce croquis semble reprendre la thématique de la page de carnet précédente : des figures fictives malgré leur immatérialité peuvent-elles participer à l’espace suggéré par la représentation ? En effet, nous retrouvons en ce dessin des volumes dessinés qui fondent et supportent un bloc fictif qui s’éloigne dans une direction totalement opposée à la leur. Il n’y aurait donc aucune différence avec la poutre fictive du Croquis 4a, qui procède de même.

Cette description ne correspond malheureusement pas au tout premier tracé du bloc fictif. Il est vrai que les figures fictives, en ne présentant qu’une silhouette, qui plus est incomplète, nous privent d’informations essentielles. Ici, nous ne devrions pas avoir une vue plongeante sur une poutre s’éloignant de nous vers la droite, mais une vue en contre-plongée sur une poutre qui s’approche de nous, tout en s’élevant dans les airs !

Cette forme est donc non seulement fictive mais aussi réversible. La première interprétation n’était ni dans l’intention de l’auteur (à savoir moi-même ici présent en train de vous raconter une belle histoire), ni même dans le dessin de la forme fictive dont les arètes, maintenant effacées, ne permettent plus de prouver et d’affirmer cette seconde vision des choses. Ainsi désarmé, je n’ai que ma bonne foi à opposer à votre perception, qui, j’en suis sûr, a choisi la solution de facilité: celle qui consiste à imaginer que cette poutre pouvait, comme n’importe quel volume ordinaire, s’enfoncer dans les tréfonds de la représentation, au lieu de chercher, en une tentative absurde, à s’affranchir de la barrière du papier pour venir se jeter à notre figure.

RETOUR AU CARNET