CBA
precedent suivant

L'intérêt de ce logotype est qu'il unit à l'intérieur d'un même détail fictif ce qui appartient au langage et à la représentation figurative. Ainsi du coté de la langue, nous croyons voir un C, première lettre de l'acronyme Ceci Bartels Associates. Si la boucle intérieure n'est aucunement fictive, une bonne moitié du contour extérieur l'est, sans gêner en quoique que ce soit sa reconnaissance. Situation qui constitue déjà une prouesse en soi.
Puis à étudier l'aspect graphique, on assiste à une métamorphose. Ce qui il y a peu encore était un C devient le pouce et l'index qui désignent et soulignent le B et le A contenus dans la paume de la main. Mais ce quasi encerclement n'est pas anodin qui pourrait bien signifier le geste du pouce et de l'index refermés sur eux-mêmes, symbole d'excellence, de perfection et de finitude, qu'a sans doute cherché à exprimer l'auteur du logotype : le mudra de la réussite.
Ballet incessant d'ambiguïtés donc. Ambiguïté formelle tout d'abord, qui voit se succéder à l'intérieur d'une même surface une lettre de l'alphabet et des doigts. Ambiguïté perceptive ensuite qui veut que nous voyons l'inexistant : une forme fictive et, pire encore, que nous puissions, successivement et incessamment passer d'une fiction à l'autre, de la lettre aux doigts de la main, du langage au dessin, qui, l'un comme l'autre sont le produit d'un système perceptif poussé à la faute.

 

ENTREPRISE : Cecil Bartels Associates
GRAPHISME :
Ron Rodemacher

 


RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR À L'ACCUEIL

precedent suivant